Pourquoi choisir un emprunt sans garantie hypothécaire ?

Date : 27/01/2020 - Catégorie : Crédit Immobilier

Cette page provient du site Assurément Immo
Vous pouvez la visualiser à cette adresse : https://www.assurementimmo.fr/dossier-26-pourquoi-choisir-emprunt-sans-garantie-hypothecaire.html

Pourquoi choisir un emprunt sans garantie hypothécaire ?

Avant d’accorder un crédit, la priorité de la banque est de se prémunir d’un éventuel défaut de paiement des échéances. Elle a alors besoin de garanties solides parmi lesquelles figure l’hypothèque. Bien qu’elle soit courante, la garantie hypothécaire présente des inconvénients et des risques à prendre en compte avant de se lancer.

Principe et fonctionnement de la garantie hypothécaire

Le crédit avec garantie hypothécaire est une forme d’emprunt bancaire accordée à un particulier en échange d’un droit de saisir le bien hypothéqué en cas de défaillance de remboursement des mensualités. Si jamais le client ne parvient plus à honorer le paiement de son prêt dans les délais impartis, la banque saisit alors la maison pour la revendre et récupérer son argent. Cette garantie hypothécaire s’utilise dans le cadre de l’acquisition d’un bien neuf ou ancien employé à titre locatif, comme résidence principale ou secondaire.

Elle représente entre 50 et 70% du montant du bien. Pour être valable, l’hypothèque s’effectue selon un cadre règlementaire rigoureusement défini. L’intervention d’un notaire est exigée. Il s’occupera entre autres de la publication aux services de la publicité foncière attestant l’effectivité de l’hypothèque sur le bien. Ce dernier peut être en cours de construction ou être propriété actuelle de l’emprunteur.

Risques et inconvénients de la garantie hypothécaire

Bien que les crédits avec garantie hypothécaire soient fréquents de nos jours, ils présentent des risques et des inconvénients à prendre en considération avant de sauter le cap.

Le premier concerne le coût élevé de l’opération. L’hypothèque génère plusieurs frais, dont les émoluments du notaire qui sont à la charge de l’emprunteur. Leur montant est fixé par décret. Il faut également payer la taxe de publicité foncière correspondant à 1% du montant du prêt, la TVA de 20% ainsi que les taxes de l’État incluant entre autres la contribution de sécurité immobilière qui coûte 0,10% du montant emprunté.

À part toutes ces dépenses, l’emprunteur prend le risque de se faire déposséder de son bien immobilier s’il a des difficultés à rembourser son crédit. Or, c’est une situation qui doit toujours être envisagée, car la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Un accident, un divorce ou un chômage peut engendrer une baisse significative de revenus.

Tout cela sans compter que si les sommes restant dues du crédit sont plus élevées que la valeur de l’hypothèque, l’emprunteur continue d’être redevable d’une dette auprès de l’établissement financier.

Enfin, même après remboursement total du crédit, l’hypothèque n’est pas automatiquement levée sur-le-champ. Il faut attendre un délai d’un an après la fin du remboursement pour qu’elle soit effective. Si le propriétaire veut se réapproprier vite son bien, il doit procéder à une mainlevée sur l’hypothèque et payer en conséquence les frais équivalents qui représentent 0,7 à 0,8% de la valeur du crédit initial.

Compte tenu de ces points négatifs de la garantie hypothécaire, un emprunteur peut s’orienter vers d’autres solutions de garanties comme la caution ou le privilège de prêteur de deniers. D’autres alternatives existent à l’instar de la présentation d’une assurance-vie ou encore d’une épargne pension, des options moins risquées et peu onéreuses.

Imprimer la fiche - Fermer la fenêtre