Vous êtes ici : Conseils Immobilier > Les Finances > Crédit Immobilier > Comment acheter un appartement sans CDI ?

Comment acheter un appartement sans CDI ?

Comment acheter un appartement sans CDI ?

Parmi les critères imposés par les banques pour obtenir un crédit immobilier figure la stabilité professionnelle de l’emprunteur. Ceux qui détiennent un CDI sont privilégiés, car la solvabilité est plus ou moins garantie. Cependant, en intérim, CDD, profession libérale ou auto-entrepreneuriat, il est aussi possible de décrocher un crédit sous certaines conditions.

Les crédits sans CDI : quels risques pour les banques ?

Un crédit immobilier impose des sommes conséquentes. Forcément, les banques ne vont pas l’accorder à n’importe qui. Avant d’accepter une demande, elles passent systématiquement au crible le profil de l’emprunteur. La stabilité de la situation professionnelle est l’un des critères clés exigés. En effet, l’emprunteur doit disposer de suffisamment de revenus fixes pour honorer ses remboursements qui dureront 10, 15, 20 ou 25 ans. C’est pour cette raison que les CDI sont privilégiés. Qu’en est-il alors du sort des autres contrats de travail ? Pour les établissements financiers, il est relativement compliqué de déterminer la capacité de remboursement de certains profils comme les entrepreneurs, les CDD, les professions libérales, les intérimaires ou les saisonniers. Ils se montrent frileux à leur égard de peur de ne plus revoir leur argent.

De toute façon, la conjoncture actuelle ne leur offre pas trop de marges de manœuvre. S’ils veulent plus de clients, ils sont obligés d’accepter de plus en plus d’emprunteurs sans CDI ou n’étant pas fonctionnaires. Actuellement en France, un quart des travailleurs ne sont pas agents de la fonction publique et travaillent sans CDI soit près de 6,5 millions de personnes. Cette précarité du marché du travail est une réalité à laquelle les banques doivent se confronter.

Les conditions pour obtenir un prêt immobilier sans CDI

Afin de donner l’opportunité aux banques d’avoir une vision à long terme, un emprunteur sans CDI devra justifier de l’ancienneté de son statut de travailleur. Il est conseillé de présenter les contrats qui démontrent son passé en tant qu’intérim, salarié en CDD ou saisonnier. Les banques accorderont plus d’importance aux profils ayant deux ans d’ancienneté en profession libérale, trois ans en tant qu’entrepreneur, quatre ans comme saisonnier, dix-huit mois comme intérimaire ou trois ans de contrats renouvelés en CDD.

L’idéal serait aussi que l’emprunteur puisse présenter un apport personnel conséquent. Cette contribution financière représente le montant pouvant être fourni par le client pour payer une partie du projet notamment les frais de dossier ou autres dépenses annexes. Les banques demandent un apport de 10% du coût total du crédit. Déposer cette somme sur la table lors des négociations prouve la capacité d’épargne de l’emprunteur et son sérieux. Plus le montant est élevé, plus les chances d’obtenir le crédit augmentent.

En parallèle, il est conseillé de présenter un garant qui s’engage à rembourser le crédit à la place de l’emprunteur s’il se retrouve dans l’impossibilité de le faire. Idéalement, ce garant disposera d’un CDI et d’une situation financière stable. Proposer son nom dans le dossier favorise également l’acceptation de la demande par le banquier. Comme garant, il est possible de choisir un proche ou un parent.

 
 

Simulation Crédit Immobilier
En moins de 2 minutes, découvrez les meilleures offres. Gratuit et sans engagement !

Partager cette page sur les réseaux sociaux

Autres dossiers